Les policiers à bout de souffle


Entre manque de moyens, manque d’effectifs, heures supplémentaires qu’ils ne comptent plus et mobilisation régulière, nos forces de l’ordre craquent

En ce début du mois d’octobre 2019, 56 policiers se sont donnés la mort. Avant-hier, 27 000 policiers se sont regroupés dans une manifestation d’ampleur, encore jamais réalisée à ce jour.

Hier, quatre policiers sont morts en service, morts pour la France.

Quatre fonctionnaires de police qui se sont levés le matin afin d’assurer la sécurité de la République.

Quatre membres des forces de l’ordre qui ne reverront plus leur famille, leurs amis, leurs collègues.

Ça suffit !

Il faut entendre le cri de colère, le cri de détresse résonnant d’une seule voix. La mise en place d’un numéro de téléphone est une fumisterie ! Des pouvoirs, des moyens en aval, des actions, et pas que sur le territoire national, sont les seules solutions pour éradiquer les groupes islamistes et les loups solitaires.

Cela demande un peu de courage politique. Il ne suffit pas pour diriger un pays de courir à l’international pour dire qu’il faut réduire les pesticides quand bien même cela est nécessaire. Il faut être décidé à combattre le terrorisme, l’être vraiment, s’en donner les moyens, et donner les moyens aux forces de sécurité ainsi qu’aux militaires. Et qu’importe la bienpensante !

Le Bureau National Bonapartiste

Partagez cette page sur vos réseaux...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Tumblr
Tumblr
0