Nos trois lignes directrices

Au service du Peuple Français

Souveraineté

Souveraineté de l’Etat face aux féodalités, aux dérives séparatistes et communautaristes. Souveraineté populaire avec une participation plus directe des citoyens dans les affaires du pays. Tout ce qui se fait sans le peuple est illégitime. Élargissement du champ d’action du référendum.

Progrès social

Pour rénover en profondeur l’enseignement et la formation. La famille ne doit pas être oubliée car elle représente un socle pour le développement de la démographie nationale. Il nous faut proposer un nouveau contrat économique et social et penser à la mise en place d’une cotisation sociale unique sur la consommation.

Autorité de l’Etat

A ne pas confondre avec l’autoritarisme. Il faut une prise de conscience par tous, État et citoyens, que l’on a autant de droits que de devoirs. Mise en place d’une politique intransigeante contre toutes les délinquances. Justice efficace et respectueuse des lois et libertés.

Les assises du Bonapartisme

Les assises du Bonapartisme se sont déroulées le samedi 1er février 2020, dans la salle Monory au sein du Palais du Luxembourg, sur invitation de Monsieur le Sénateur Michel Raison et sous la direction de David Saforcada et Thierry Choffat, respectivement Président et co-Président de France Bonapartiste.

Le Prince Joachim Murat nous a fait l’honneur de sa participation, et a ouvert le colloque par ces mots : « Depuis 1939, c’est la première fois que se tiennent les assises du Bonapartisme. Nous vivons, ensemble, dans une très belle salle un moment important ! ».

Cliquez ici pour accéder à l'article

« Les princes et les partis qui attendent la fortune dans leur lit, ankylosent leurs adhérents, endorment leurs chances et meurent dans l’oubli »

expliquait déjà Jules Richard en 1884 dans son ouvrage “Comment on a restauré l’Empire”.

Certes, nous n’en sommes pas encore à cette étape, mais il nous faut réveiller le courant bonapartiste qui s’était endormi depuis la fin de la Seconde Guerre  !

Mais, comment faire retentir ce réveil ?

Tout d’abord, il faut se convaincre que personne n’accomplira des actions militantes à votre place. Si vous voulez développer les idées Napoléoniennes et populariser ses principes, il ne faudra compter que sur les adhérents de France Bonapartiste. Inutile de penser que d’autres accepteront de combattre efficacement à vos côtés. A vous de faire vos preuves.

Parfois, un faible noyau de sympathisants suffit. L’expérience prouve qu’un militant isolé peut réaliser un formidable travail s’il est motivé, dévoué et volontaire !

Appartenir à France Bonapartiste est déjà un signe de militantisme mais tous ne peuvent ou ne veulent s’impliquer davantage.

Au sein de F.B., chacun est libre de participer ou non aux activités militantes. Certains préféreront se contenter de lire nos publications, sur Internet ou dans le Bonapartiste. D’autres souhaiteront en faire un peu plus.

Quelque soit votre choix, le bonapartisme a besoin de vous !

3 articles aléatoires du blog

Pour tout savoir sur nos actions

Communiqués 27 mai 2017

La nation pour défendre le français, notre culture et la Francophonie

La France, pour ne pas renoncer à être elle-même, se doit de promouvoir sa langue, ses artistes. Elle doit résister

Actualité 23 octobre 2017

La Police de Sécurité du Quotidien et …. ?

Le président de la République a annoncé de nouvelles mesures concernant la sécurité. Le moins que nous puissions dire c’est

Brumaire 16 juin 2020

Brumaire numéro 19

Nous sommes heureux de vous présenter le dix-neuvième numéro de “Brumaire”, l’hebdo. de l’Appel au peuple (dans sa formule totalement

Notre équipe

Direction & Délégués Nationaux

  • Alexandra GODFRIN

    Déléguée adhésions et militantisme

  • Nicolas MOUCHERON

    Délégué aux questions sociales

  • Alexandre MANDIL

    Délégué aux questions économiques

  • François HARARI

    Délégué aux questions industrielles et économiques

  • Anthony BARDON

    Délégué Jeunesse Bonapartiste

Nos dernières publications

Être bonapartiste aujourd’hui.

Il n’est pas facile au XXIème siècle de se dire bonapartiste, encore moins de revendiquer ses idées au sein d’un

Lire la suite...