Les bonapartistes préparent d’ores et déjà une alternative politique crédible.

Une fois de plus, l'alliance objective entre le système et le Front National a bien fonctionné.

L'émergence du F.N. au premier tour, a permis de re-légitimer le candidat du système au second.

Plus que jamais, nous rappelons à tous les Français qu’une alternative crédible est nécessaire.

Etre bonapartiste c’est croire en l’autorité par la démocratie, croire en la souveraineté nationale et populaire, c’est oser le progrès social. Napoléon Bonaparte et Louis-Napoléon Bonaparte nous ont montré la voie, qui est également celle de l’égalité, de la récompense du mérite mais aussi de l’Etat Nation, de l’Appel au peuple.

Devant ce nouveau quinquennat qui s’ouvre, nous continuons à croire et à oser, pour une certaine idée de la France.

Conseil National Bonapartiste

Cent cinquante ans après sa promulgation, la loi Duruy sur l'enseignement nous permet de rappeler quelques éléments forts de la vie politique sous le Second Empire.

1) Contrairement à ce que proclament trop souvent les historiens officiels ou les manuels scolaires, l'école moderne n'est pas fondée par Jules Ferry mais bien par Victor Duruy. Ce n'est pas la Troisième République qu'il faut louer mais bien Napoléon III pour l'évidente rénovation de l'instruction publique. En 1867, la loi Duruy rendait l'école primaire gratuite. Mieux, chaque commune de France avait l'obligation d'ouvrir et d'entretenir une école de garçons. Et chaque commune de plus de 500 habitants devait également ouvrir une école de filles. La gratuité et la laïcité de l'école publique, c'est bien à Napoléon III qu'on les doit et non à Ferry qui en réalité, n'imposa que l'obligation scolaire. Ce projet avait d'ailleurs été proposé par l'Empereur des Français et son ministre. La République a ensuite fait table rase du passé, oubliant tout ce qui avait été fait auparavant et réussissant à faire croire que toutes les mesures dataient de l'après 1871. De même, le certificat d'études n'est pas créé par Jules Ferry mais là encore par Victor Duruy. Comme pour la gratuité, le véritable initiateur est passé sous silence !

2) Loin d'être un bonapartiste par son origine ou par atavisme, Duruy est un républicain. Lors des élections présidentielles de 1848, il a voté pour le général Cavaignac et non pour Louis-Napoléon Bonaparte qui pourtant réunit les trois quarts des voix dès le premier tour. Cela n'empêchera nullement Napoléon III de faire appel à ses services. Pour l'Empereur, le plus important n'est pas dans les coteries, les clans ou les partis, mais dans la bonne volonté et l'initiative des individus. Peu importe que l'on vienne de la gauche ou de la droite, le bonapartisme rassemble toutes les énergies pourvu que l'on oeuvre ensemble pour le bien de la France et des Français.

3) Victor Duruy est l'un des exemples de ces personnalités fortes qui décident de rallier Napoléon III non pour de basses raisons personnelles, pour un vague poste de ministre, mais pour faire avancer les réformes. L'essentiel reste de mobiliser les Français autour d'ambitions pour le pays, afin d'améliorer le quotidien des habitants, dans tous les domaines, la politique sociale, l'économie, le logement, l'instruction... ainsi que pour sublimer la France et son aura dans le monde entier.

4) Un siècle et demi après cette loi Duruy, on s'aperçoit que les mêmes thèmes restent d'actualité, et en particulier la construction d'une école publique de qualité, ouverte à tous et permettant à chacun, quelles que soient ses origines sociales, de s'instruire. Au delà de cette éducation, les réformes apportées par Napoléon III demeurent bien vivantes, la laïcité, le droit de grève, la protection sociale, la retraite des fonctionnaires comme des salariés du privé...

En 2017, le bonapartisme reste une voie à exploiter !

Thierry CHOFFAT, vice-président de France Bonapartiste

23558Ces quelques mois, de "campagne" présidentielle avec David Saforcada, ont permis de sortir le bonapartisme de l’ombre, de montrer qu’il n’est pas fondu dans un camp ou un autre mais qu’il a bien sa représentation personnelle. Certains voudraient nous faire croire qu’il est au Front National, d’autres chez Debout La France ou bien chez François Fillon, ou encore chez Macron. Non, il est chez les bonapartistes. Chez ceux qui ont le courage d’avancer au grand jour, de déployer les aigles et la violette.

A la facilité nous choisissons l’adversité et nous sommes fiers, chez France Bonapartiste de croire et d’oser.

Croire et oser. C’est pour cela que nous nous sommes lancés et c’est pour cela que nous ne soutiendrons personne lors de la campagne qui commence. Certains tentent de nous ressembler, d’autres tentent de nous copier. Certains semblent proches de nous mais le mirage se disperse aussi vite que la brume le jour d’Austerlitz. Alors pas de soutien, pas de ralliement mais encore moins de consigne de vote.

Notre combat ne s’arrête pas le 17 mars. Notre combat ne s'arrête pas à la non "qualification" de David Saforcada. Comme depuis la naissance de France Bonapartiste, nous allons continuer à défendre cette certaine idée de la France et cette certaine idée de la politique, qui nous sont chevillées au cœur.

Fidèle à l’esprit, non par nostalgisme, nous allons continuer à défendre le bonapartisme. Pour nous peu importe la question dynastique ou républicaine, le bonapartisme s’adapte, il l’a montré tout au long de son histoire, pour proposer le juste milieu entre les droits et les devoirs, entre patriotisme et universalisme.

Conseil National Bonapartiste

 

Avec le traité de CETA, certains se croient revenus aux traités de libre échange du Second Empire. Il est vrai que Napoléon III avait mené à bien plusieurs négociations avec la Grande-Bretagne mais aussi avec nos principaux partenaires commerciaux. Alors, Est-ce à dire que les bonapartistes sont partisans d'une ouverture sans faille des frontières ?

Au contraire, les deux Empires sont plutôt protectionnistes, favorisant l'emploi national et protégeant notre marché contre des importations agressives.

Certes, le traité de libre échange conclu en 1860 apparaît un acte isolé au sein d'une politique interventionniste et protectionniste. Il a néanmoins ses explications qui ne sont guère transposables à la situation actuelle. Le négociateur français, Michel Chevalier est un ardent saint-simonien. Il n'est donc pas un ultra libéral et encourage toujours l'intervention de l'Etat dans l'économie, ce serait-ce que par une politique de grands travaux, d'encadrement du crédit, ou encore par la souveraineté de la France sur la monnaie. Le libre échange de 1860 se pratique entre deux Etats équilibrés. La France et la Grande-Bretagne sont alors les deux nations les plus riches, les plus industrielles, les plus prospères et les plus avancées socialement. L'ouverture des frontières se pratique alors entre des pays de même niveau. Tous les deux font alors des concessions afin d'encourager leur agriculture et leur industrie. Les taxes douanières sont abaissées de part et d'autre mais sans que l'un des partenaires ne puisse se sentir "floué". Ainsi, de 1846 à 1875, les exportations françaises sont multipliées par cinq en valeur (de 0,9 à 4,5 milliards de francs). Leur part dans le produit national passe de 6,2 % à 20,6 %. Le traité de 1860 favorise donc la production et le commerce. Il restera en vigueur jusqu'en 1892.

Mais, aujourd'hui, peut-on ouvrir trop largement nos frontières aux produits étrangers ? Notre faiblesse économique est trop évidente pour nous permettre de surmonter une telle épreuve. Le libre échange n'est valable qu'entre deux partenaires équilibrés, pouvant, tous deux, tirer bénéfices du traité et si, de surcroît, les Etats disposent toujours des autres leviers lui permettant de réguler l'économie (souveraineté monétaire, budgétaire, financière, économique...).

Thierry Choffat, co-président de France Bonapartiste

La beauté architecturale de la capitale française possède ce don si particulier de faire chavirer les cœurs et les âmes. Cependant, on associe toujours Paris au baron Haussmann ! Mais qu’aurait fait Haussmann – préfet muté à Paris – sans la vision de l’Empereur Napoléon III ? Rendons donc à César ce qui est à César… à Dieu ce qui est à Dieu… et à l’Empereur ce qui est à l’Empereur !

Dans l’édition du 30 janvier 2017 du « 20 minutes », et pour faire suite à l’exposition « Paris Haussmann, modèle de ville » se déroulant à partir du 31 janvier jusqu’au 07 mai prochain, les franciliens pouvaient lire un article intitulé « Paris revu par Haussmann ». On y apprend ainsi que le baron Georges Eugène Haussmann a profondément changé le visage de la capitale entre 1853 et 1870… en plein Second Empire donc ! Mais ne cherchez pas une ligne, pas un mot sur l’Empereur Napoléon III, vous n’en trouverez aucun ! A tel point que les étrangers qui visitent Paris ne connaissent que ce fonctionnaire et ignorent le chef de l’Etat qui a pensé, conçu et voulu cette nouvelle cité qui éblouit encore aujourd’hui le monde entier par sa cohérence et sa beauté.

Et pourtant ! Le « tout Paris » d’aujourd’hui, a été profondément désiré par le premier Président de la République Louis-Napoléon Bonaparte dès 1848 alors qu’il n’avait pas revu la capitale depuis l’âge de 17 ans. C’est sa politique, plus tard impériale, qui a eu pour souci le bien-être des populations et d’en finir avec les épidémies ravageuses comme le choléra.

En effet – en ces temps non si lointains – Paris est alors une ville aux allures médiévales, composée d’habitations toutes plus insalubres les unes que les autres se rejoignant par de petites ruelles étroites : pas d’eau potable mais impure tirée de la Seine, qui est vendue par des porteurs d’eau. Pas non plus d’égouts, mais des fosses situées dans les caves des immeubles vidées chaque année, sans parler des odeurs… qui vont avec.

Après avoir murement pensé son projet, le premier Président de la République française devenu Empereur des français va nommer – en effet – un nouveau préfet de la Seine, avec pour mission de moderniser Paris, par la mise en place d’un grand chantier visionnaire qui durera pendant près de deux décennies. La gare de Lyon est construite en 1855, celle du Nord rénovée en 1861.

Après la construction d’égouts pour évacuer promptement les eaux usées, après avoir réalisé le réservoir Montsouris alimenté par de l’eau acheminée par un aqueduc de plus de 100 km, dans le but que tous les parisiens aient accès à de l’eau enfin potable et… de source, l’Empereur exige que sortent également de terre des écoles, des bibliothèques et même des hôpitaux, sans oublier des jardins : une constellation de parcs, petits et grands (Buttes Chaumont, Montsouris, bois de Boulogne…etc) sont ainsi offerts au regard et au bien être car l’Empereur exige, là encore, que tout parisien soit à moins de dix minutes d’un espace vert, et tant pis pour les spéculateurs immobiliers. Que dire, bien évidemment, des habitations au style si particulier qui replace – selon la volonté de Napoléon III – le citoyen au cœur du projet !

Pour la petite histoire, sachez chers lecteurs, que le rêve de Napoléon III était de faire de Paris une ville pour tous. Haussmann ne partageait pas cette vision et souhaitait vouloir chasser les « masses grossières et stupides d’ouvriers à marteaux » qui ont pourtant fait passer son nom à la postérité…
Christopher Destailleurs / Christian Bourdeille

Ça s’est passé un 15 décembre…

Le mois de décembre est un peu particulier pour les Bonapartistes.

D’une part avec Napoléon Bonaparte : le 02 décembre, nous rendons hommage tant au Sacre de l’Empereur Napoléon Ier qui a eu lieu dans la cathédrale Notre Dame de Paris en 1804, mais également à cette célèbre bataille d’Austerlitz vaillamment remportée en 1805. L’Empereur des Français a alors eu ces mots : « […] Soldats, lorsque tout ce qui est nécessaire pour assurer le bonheur et la prospérité de votre Patrie sera accompli, je vous ramènerai en France. Là, vous serez l'objet de mes plus tendres sollicitudes. Mon peuple vous recevra avec joie et il vous suffira de dire "J'étais à la bataille d'Austerlitz" pour qu'on vous réponde "Voilà un brave !". »

D’autre part avec Louis-Napoléon Bonaparte : le 10 décembre 1848, il devient le premier président de la République française, en remportant l’élection avec plus de 74 % des voies en sa faveur. Enfin, le 02 décembre 1851 sonne le Coup d’Etat légitimé par un plébiscite triomphant quelques jours plus tard.

Mais revenons vers cette date qui nous intéresse : le 15 décembre.

Proclamation de la Constitution du 22 Frimaire An VIII (15 janvier 1799)

Après le Coup d’Etat du 18 Brumaire de l’an VIII, Napoléon Bonaparte devient Premier Consul accompagné de messieurs Cambacérès et Lebrun. La Constitution du 22 frimaire consacre donc la période du Consulat, qui marque une rupture nette avec les constitutions précédentes par l’apparition d’une démocratie avec la mise en place du suffrage universel masculin.

Le pouvoir législatif est réparti entre quatre assemblées :

  • Le Sénat,
  • Le Tribunat,
  • Le Corps législatif,
  • Le Conseil d’Etat.

L’article premier de cette nouvelle constitution présente – comme aujourd’hui – une République indéfectible : « La République française est une et indivisible. - Son territoire européen est distribué en départements et arrondissements communaux. ».

Par une autorité forte elle définit également comment la nationalité française s’acquiert, mais également se perd : « Article 3. - Un étranger devient citoyen français, lorsqu'après avoir atteint l'âge de vingt et un ans accomplis, et avoir déclaré l'intention de se fixer en France, il y a résidé pendant dix années consécutives.

Article 4. - La qualité de citoyen français se perd : -Par la naturalisation en pays étranger ; - Par l'acceptation de fonctions ou de pensions offertes par un gouvernement étranger ; - Par l'affiliation à toute corporation étrangère qui supposerait des distinctions de naissance ; - Par la condamnation à des peines afflictives ou infamantes. »

On y retrouve bien évidemment la forme du gouvernement : « Article 39. - Le gouvernement est confié à trois consuls nommés pour dix ans, et indéfiniment rééligibles. - Chacun d'eux est élu individuellement, avec la qualité distincte ou de premier, ou de second, ou de troisième consul. - La Constitution nomme Premier consul le citoyen Bonaparte, ex-consul provisoire ; second consul, le citoyen Cambacérès, ex-ministre de la Justice ; et troisième consul, le citoyen Lebrun, ex-membre de la commission du Conseil des Anciens. - Pour cette fois, le troisième consul n'est nommé que pour cinq ans. »

Et bien évidemment, le peuple français reste la pierre angulaire de cette nouvelle Constitution : « Article 95. - La présente Constitution sera offerte de suite à l'acceptation du peuple français. »

15 décembre 1840 : Retour des cendres de Napoléon Ier

Depuis la monarchie de Juillet, le rapatriement du corps de l’Empereur Napoléon Ier sur le territoire national est évoqué dans les cercles politiques. C’est Adolphe Thiers, alors président du Conseil, qui parvient à convaincre Louis-Philippe de ramener en France les cendres de Napoléon qui reposaient sur l’ile de Sainte Hélène, depuis le 5 mai 1821. La malice de Thiers fut de faire croire au Roi que cette initiative redresserait son prestige. Dans un but de conversation de son influence, et dans une moindre mesure de se concilier avec la France sur la question de l’Orient , l’Angleterre accepte le transfert et ainsi de rendre le corps de Napoléon à sa patrie.

A la tête de cette expédition particulière figure un ancien général de l’Empire, qui a accompagné Napoléon à Sainte-Hélène, nommé Gourgaud. En collaboration avec le prince de Joinville – qui n’est autre que le fils du roi Louis-Philippe – c’est à bord du navire « La Belle Poule » qu’ils atteignent l’ile d’exil du Premier Empereur… près de vingt ans après son repos éternel.

Le 14 décembre 1840, la frégate arrive à Paris, et remonte la Seine en direction de Courbevoie, où d’anciens soldats effectueront une veillée toute la nuit. Le 15 décembre au cours d’une cérémonie populaire majestueuse, le char funèbre remonte les Champs-Elysées en passant devant l’œuvre merveilleuse qu’avait souhaité l’Empereur pour ses Soldats de la Grande Armée, qui n’est autre que le très célèbre Arc de Triomphe (de l’Etoile). Les cendres de Napoléon Bonaparte arriveront lentement mais sûrement aux Invalides. L’enthousiasme des millions de Parisiens, devenus dans une certaine mesure bonapartistes pour l’occasion, fut à son apogée.

Napoléon Bonaparte, Empereur des français, repose depuis en l’église Saint-Louis-des-Invalides, sous le Dôme des Invalides où son tombeau en est l’emblème national.

« Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j’ai tant aimé ».

***

Le retour des cendres du Premier Empereur a fait naître une volonté pour les bonapartistes de voir également le retour sur le territoire national des cendres de la famille impériale du Second Empire, restées à ce jour en l’abbaye Saint-Michel de Farnborough en Angleterre. Ce retour des cendres serait conforme avec le testament du Prince Impérial même si dans l’esprit de tous les bonapartistes il est impossible de séparer l’Empereur, l’Impératrice et le Prince.

Christopher Destailleurs / David Saforcada