NON aux nouveaux kiosques parisiens.

France Bonapartiste a appris avec émotion et colère le nouveau projet de la Ville de Paris, désirant gommer toujours plus notre patrimoine national avec aujourd’hui la destruction des kiosques haussmanniens pour 2019.

Attaché à une période, le Second Empire, mais attaché surtout à la conservation du patrimoine historique, quel qu’il soit, France Bonapartiste condamne cette nouvelle attaque contre ce qui fait que Paris est Paris. On ne vient pas à Paris pour admirer des bacs en plastique !

Il est aussi permis, à l’heure où la paupérisation n’a jamais été aussi grandissante, de s’interroger sur les dépenses que vont entrainer ces destructions. L’argent public ne pourrait-il pas avoir d’autre utilité, notamment vers les plus touchés par la crise ?

France Bonapartiste demande à madame Anne Hidalgo et à son Conseil Municipal de revenir sur cette décision calamiteuse pour l’image de la Capitale et pour ses finances.

Conseil National Bonapartiste

Paris, ville lumière, est reconnue de par le monde entier pour son architecture magnifique, romantique et si particulière. Faut-il encore rappeler que cette beauté architecturale de Paris a été voulue et désirée par Louis-Napoléon Bonaparte avec le concours du baron Haussmann ?

A l’instar des habitations et commerces si traditionnels de la capitale, les kiosques à journaux parisiens ont imprégnés leur marque et leur style dans cette quête du savoir et de l’information quotidienne.

Cependant, la Mairie de Paris au travers de la fraichement élue Anne Hidalgo, souhaite détruire ce patrimoine national afin de le remplacer par un modèle dit « innovent » d’ici 2019. Cela n’a pas été suffisant de détricoter les arrondissements de la capitale – pour son simple bénéfice futur – la voici qui s’attaque désormais à ce que le monde nous envie. De plus, c’est véritablement le modèle haussmannien qui est attaqué par la Ville de Paris car un simple aménagement de ces derniers serait suffisant, à la fois pour le confort du vendeur mais également pour celui de l’acheteur.

La volonté affichée est simple : détruire notre patrimoine national encore d’avantage, et – il faut le souligner – utiliser les finances publiques à mauvais escient. Rappelons que la capitale compte quelques 360 kiosques et que leur remplacement aurait un impact inutile sur les dépenses de la Ville.

A la mode en ce moment, une pétition en ligne a été immédiatement lancée suite à cette annonce. Elle comptabilise plus que 40.000 signatures et continue dans sa progression.

Les parisiens et les touristes sont attachés à ce style architectural typique de la capitale française et entendent bien s’opposer à ce projet inutile, certainement onéreux et désastreux. Concilier « charme de ancien » et « confort et fonctionnalité » ne sont point des oxymores pour ceux qui daignent prendre le temps de la réflexion…

Christopher Destailleurs