La Guyane est un des territoires sinistrés de la République. Immigration incontrôlée, insécurité grandissante, précarité et chômage ravageurs, il est temps que l'Etat fasse quelque chose, tout comme il est temps qu'il le fasse sur l'ensemble du territoire national.

La solution pour la Guyane n'est pas dans le communautarisme ou pire dans l'indépendantisme. La solution est dans un Etat fort capable de rassembler les uns et les autres autour de leurs Droits mais aussi de leurs Devoirs.

Si le retour à l'Autorité est nécessaire, il est tout aussi urgent de mettre en place le grand projet de France sur Mer que nous défendons depuis des années.

Conseil National Bonapartiste

Nombreux sont nos politiques qui ne voient pas plus loin que les frontières de cette Europe qu’ils veulent à tout pris nous imposer, ils en oublient que la France n’est pas simplement accrochée à un continent mais que bien au contraire qu’elle est « planétaire ».  Grâce à nos DOM-COM le soleil ne se couche jamais sur la France, il est sans doute tant de dire aux Français, de leur faire prendre conscience que la France ce n'est pas de 550 000 mais de 675 000 km2, que la France ce n'est pas 63, mais 67 millions de Français. Il est bon aussi de leur rappeler que notre pays, pars ses eaux territoriales (11,2 millions de Km2), est la seconde puissance maritime mondiale.

Pourquoi un tel rappel ? Tout simplement parce que  la France est la première puissance maritime mondiale par sa diversité et sa biodiversité,  Voilà  la réalité. S’il est facile d'apercevoir que nos territoires nous permettent d'être présents partout, il est beaucoup moins facile d'apprendre que la France possède et maîtrise presque toutes les techniques et  les savoir-faire, qui touchent au domaine maritime. Cette présence et ce savoir-faire font que notre pays, s’il veut s’en donner la peine, doit se retrouver dans les premières places des nations du monde de demain. Outre le fait que nous avons donc à dessiner une nouvelle politique pour nos  DOM-COM en ne les laissant plus à la traine et en les intégrant pleinement dans nos projets, nous devons impérativement  privilégier les budgets de la recherche maritime, qui sont actuellement  indignes d'une grande puissance ultra marine, et améliorer nos infrastructures maritimes encore à la traînes.

Face aux nations qui ont déjà pris les devants dans le domaine maritime, il est urgent de dresser le bilan de nos atouts et de nos faiblesses. Il faut affirmer la dimension maritime et planétaire de notre pays, « France sur mer » est une réalité il suffit de ce pencher sur les faits pour se rendre compte des atouts dont nous disposons. « France sur mer » c'est énormément de richesses  à développer pour  nous remettre au premier rang. La France première puissance mondiale  n'est pas une chimère, mais une réalité qui est à notre portée, il suffit d'en informer et de convaincre les Français.