Dalil Boubakeur et son apparente bonhomie …

Il y a quelques jours le fameux Boubakeur de Paris a promulgué un écrit (une lettre) destiné à fonder un véritable islam de France selon ses termes. Que ce soit le recteur de la mosquée de Paris et non le président du CFCM qui lance cette initiative montre bien qu'il y a eu désir de court-circuiter la fameuse institution inventée par Sarkozy, peut être trop vérolée par les plus extrémistes de ses composantes.

Je vous mets en lien l'article du "Point" qui publie l'intégralité de cette lettre et je vous propose mon explication de texte à partir des différents alinéas. Je risque d'être un peu long mais comme le souligne l'auteur de l'article il parait que ce serait un "document historique". Vraiment ?

Ainsi avec mes avis, vous pourrez aller vérifier directement dans le texte.

D'abord dans le préambule Boubakeur nous sort un néologisme destiné certainement à rejoindre ceux habituellement utilisés par les médias comme "islamophobie" ou "stigmatisation". Désormais il y aura l'"islamopsychose" qui est une "une représentation délirante, c'est-à-dire déconnectée de la réalité, de ce que sont réellement l'islam et les Français de confession musulmane.". Ce monsieur oublie que tous les derniers attentats perpétrés en France ont été dus à des musulmans qui revendiquaient leur appartenance à cette idéologie et que dans le lot des terroristes il y avait des citoyens français, nés, élevés et vivants en France.

Les prières de rues sauvages, les femmes portant ostensiblement burqas malgré les lois, les revendications communautaristes pour obtenir plus de concessions sur le sol français sont-ils le fait des raéliens ou des pastafariens ? Il faut en tout cas être culotté pour comparer la situation actuelle des musulmans avec "l'antisémitisme de la fin du XIXème siècle" (tiens et pourquoi pas celui des années 30 et 40 en Allemagne ?). Edouard Drumont avait-il un tel pouvoir de nuisance sur la communauté juive à son époque ? Bigre ! M. Boubakeur oublie par contre le passé un peu plus récent. Justement qui criait "mort aux juifs" dans les rues de Paris en juillet 2014 ? Et à l'Hyper Casher il s'est passé quoi un soir de janvier ?

Dans la suite du préambule, Boubakeur explique que les attitudes belliqueuses, violentes ou ridicules de certains musulmans sont le fait d'une mauvaise lecture ou interprétation de l'islam mais qu'il fallait se rassurer : c'était totalement marginal ! Ah bon ? Les plus de 230 morts sur notre sol depuis 2015 peuvent lui dire merci.

Mais passons désormais aux points litigieux de la proclamation..

Alinéa 1 : Mais quel enfumage cette histoire d'idjihad ! Le coran n'est ni à contextualiser, ni à interpréter. Il est la parole de Dieu, éternelle et incrée valable en tout temps et en tout lieu. Premier mensonge !

Aliéna 2 : Aujourd'hui que l'on veuille ou non les antennes satellites, internet propagent un discours en provenance des autorités musulmanes souvent originaires des pays du Golfe, les "savants" les plus émérites proviennent également de cet espace géographique (on peut se douter de la teneur de leurs discours...). Cette propagation est souvent le fait de nos relations avec les pétromonarchies qui déversent leur argent sale sur notre territoire et également l'idéologie qui va avec sous la complaisance souvent de nos dirigeants.

Alinéa 3 : Dans l'islam chaque geste, chaque règle répond à des exigences coraniques ou de hadiths confirmés. Ce que nous trouvons parfois incroyablement ridicule ne l'est pas pour le musulman. Pourquoi nous faire croire que ces "exagérations" seraient hors islam ? Nouveau mensonge.

Alinéas 6 et 7 : la miséricorde, la solidarité c'est uniquement entres musulmans et certainement pas pour les mécréants (sauf si on pense pouvoir en faire de nouveaux convertis).

Alinéa 8 : Encore faux. L'islam c'est le contraire de l'évolution, c'est l'involution. Le progrès scientifique est la démarche contraire de l'islam et son refus n'est pas le fait d'une mauvaise interprétation une fois encore. Quand le coran explique que la Terre est plate, ils sont des millions dans le monde musulman à le penser...et on m'a confirmé qu'une étudiante tunisienne allait prochainement soutenir une thèse de doctorat en ce sens...

Alinéas 9 et 10 : il faut le faire pour arriver à faire coïncider la réalité de l'islam avec par exemple la naissance de l'univers et l'évolution humaine surtout que même si notre connaissance évolue au gré des découvertes, elle ne se rapproche en rien des écrits coraniques !

Alinéa 12 : Sous entendu ici le musulman devra faire preuve de la taqqya...C'est à peine écrit entres les lignes...

Alinéa 13 : Pas de trouble à cause de la prière ? Et quand elle se déroule sur la voie publique alors et que les autorités musulmanes ne les condamnent pas, qu'au contraire elles imputent cela au manque de mosquées, ce n'est pas du "désordre" ça ?

Alinéa 14 : Bien sûr que la France n'est pas une terre d'islam mais comme toute la planète et les autres nations non musulmanes elle a vocation à la devenir pour les musulmans un jour. On peut donc blasphémer et faire des caricatures de Mahomet par exemple (ce faisant en soulevant ce point, indirectement Boubakeur sous-entend que dans le "Dar Al-Islam" c'est impossible) mais le recteur de la mosquée de Paris a un culot monstre en plus. En 2011 lors de la première affaire Charlie, il avait déposé plainte justement pour...blasphème.

Alinéa 17 : Dans la manière tel qu'il est écrit ce point ne remet pas en question par exemple le port du voile chez la femme voire plus ou bien des kamis et des barbes chez les hommes. Il est rappelé que le musulman et la musulmane doivent porter des tenues décentes ? Oui mais elles commencent et elles se terminent où ? chez nous les femmes peuvent bronzer seins nus sur les plages et ce n'est pas considéré comme indécent, est-ce que même revêtue d'un maillot de bain deux pièces la musulmane répond-elle toujours à cette question d'impudeur ou pas. Il s'agit donc d'un nouvel enfumage sémantique.

Alinéa 21 : Il faut être fort de café d'affirmer que l'islam condamne la souffrance animale surtout quand on voit comment les bêtes sont égorgées et agonisent pour respecter les rites islamiques (pas d'étourdissement préalable) ...De plus il y a des risques sanitaires prouvés par de nombreuses enquêtes vétérinaires.

Alinéa 22 : Cela pourrait être l'affaire d'un autre sujet mais le ramadan n'est pas un jeûne purificateur. C'est un décalage complet des repas suivi d'un exercice de goinfrerie nocturne qui met à bout de nerf les individus qui s'y astreignent. Cela explique le bruit dans certains endroits la nuit où c'est un relâchement complet qui succède à une journée de frustration corporelle et mentale.

Alinéa 23 : Celui qui croit en l'unicité d'Allah c'est un musulman et donc penser qu'il peut être juif, chrétien ou d'une autre confession parce qu'il pense la même chose relève du grand n'importe quoi. D'ailleurs en islam le pire crime c'est d'associer une autre divinité à Dieu. Concernant l'antisémitisme presque culturel de l'islam, il suffit de lire le coran pour s'en rendre compte au détour des différents versets. Mahomet n'avait pas de mots assez durs pour désigner les juifs d'ailleurs.

Les deux derniers aliénas (24 et 25) sont très intéressants. En fait pour Boubakeur le djihad devrait être pris comme un effort à faire sur soi, un combat intérieur. C'est souvent ce qui est invoqué par les adeptes de l'islam "religion de paix".

C'est oublier que ce terme ne figure que dans 3% des textes coraniques, les 97% autres désignent la guerre sainte armée et offensive traditionnelle. C'est donc un énième enfumage de la part de l'ancien président du CFCM. Mais en lisant encore une fois entres les lignes il admet qu'en cas d'attaque contre l'islam, les musulmans peuvent attaquer en légitime défense. Ce genre d'attaque peut être par exemple une représentation caricaturale de Mahomet. En effet si l'on pousse le raisonnement se moquer du chef des musulmans est considéré comme une atteinte à l'honneur de l'islam et elle doit être réprimée dans le sang. Justement qu'ont fait les frères Kouachi il y a plus de deux ans ? Ils l'ont dit eux-même en le criant dans la rue : "Nous avons vengé le Prophète".

Voilà expliqué un peu rapidement malgré la longueur de ce texte mon ressenti face à cet écrit lorgnant entre mensonges, divagations sémantiques, contre-vérités et intentions sans valeurs juridiques. Mais malgré ce quasi inventaire à la Prévert il manque un élément primordial et de taille : il n'est nulle part reconnu la liberté de conscience, le droit à n'importe quel musulman de France de ne plus être musulman justement et d'embrasser une autre confession voire de devenir athée et de jouir de cet état de fait au grand jour et en toute tranquillité voire en banalité. En somme aucune modernité ici, un exercice de style pour ménager la chèvre et le chou et faire croire que les lignes bougent. Manifestement ce n'est pas avec Dalil Boubakeur et son apparente bonhomie masquant en fait les desseins d'une idéologie totalitaire irréformable qu'on pourra avancer. Il faudrait pour cela que les grandes autorités mondiales du monde musulman mettent sur la table ce qu'est finalement l'islam sans tabou et fassent un ménage complet et sans commune mesure.

A l'heure d'aujourd'hui c'est mission impossible tant les esprits ne sont pas prêts de s'ouvrir.

Frédéric PERESSONI