« Haut les têtes … »

Dans ses Mémoires de guerre, le général de Gaulle écrivait – « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France … S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie … Bref à mon sens, la France ne peut être la France sans la grandeur. » – Pauvre général qui, dans la terre austère de Colombey, doit se retourner dans sa tombe en voyant le chemin sur lequel nous mène l’incompétence et la stupidité de nos derniers présidents de la République.

Aujourd’hui fini les discours de Phnom Penh ou de Québec, fini le non alignement et l’indépendance, nous sommes revenu à la France Louis-philipparde, presque à la France de Montoire alors que nous n’aurions jamais du nous éloigner de la France de Bonaparte, de Clémenceau et de la Résistance.

Jusqu’à l’avènement de Sarkozy, la France pouvait encore rêver d’une certaine indépendance, d’être encore une pièce maitresse sur l’échiquier mondial et européen, elle pouvait encore avoir au mieux des actes, au pire une posture. Aujourd’hui, après le quinquennat sarkozyste, qui nous offert aux Américains, le piètre mandat de François Hollande, avec Emmanuel Macron la France sombre sur la pente du double esclavage la faisant « scier le bois et monter l’eau » à Bruxelles et « cirer le parquet » à Berlin.

Mais tout n’est pas encore perdu, il subsiste encore un espoir, la braise de la résistance vie encore sous la cendre, l’on peut encore briser les chaines. Pour cela il faut croire et oser.

Croire en la France, oser se battre pour elle. Partout où le drapeau de la résistance flotte au vent, doit se trouver un bonapartiste ! Comme Lepic au jour d’Eylau « Haut les têtes, la mitraille ce n’est pas de la M…. ! »

David Saforcada